Retour sur la COP 25 | WWF Tunisia

What would you like to search for?

Our Blog

Retour sur la COP 25

Du 3 au 13 Décembre 2019, les leaders et hauts représentants des Etats du monde se sont rassemblés pour la COP 25 à Madrid (Espagne) au lieu de Santiago (Chili) ou elle était supposée être tenue.

La Conférence des Parties COP (Conference of Parties) est l’organe décisionnel suprême de la Convention Cadre des Nations Unis sur les Changements Climatiques. Tous les États parties à la Convention sont représentés à la COP pour négocier, discuter et trouver un consensus autour des actions climatiques urgentes et des instruments d’applications.

De Paris à Madrid

Lors de la COP 21 à Paris (de 30 novembre au 12 décembre 2015) les chefs d’Etats des pays du monde se sont mis d’accord, pour la première fois de l’histoire de l’humanité, à s’engager pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et limiter l’élévation de la température moyenne de la planète en dessous de 2°C poursuivant l'action menée pour atteindre 1,5°C.
5 ans après la COP de Paris, les leaders du monde n’ont pas pu maintenir les ambitions de cet accord universel ni trouver des compris pour des questions urgentes tels que la finance climat, transparence et aussi l’adaptation aux changements climatiques.
Cependant, la COP de Madrid est une COP record. Clôturé après 48 heures de son deadline, cette conférence n’a pas répondu aux ambitions et attentes de tous les participants. A titre d’exemples, les discussions relatives à l’article 6 de l’accord « marchée carbone » n’ont pas aboutis à trouver des mécanismes pour sa réglementation, une étape très urgente pour la transparence et le bon contrôle des flux financiers internationaux.
La déception commune pressentis par toute la communauté environnementale internationale a rappelé les événements de 10ans en arrière lors de la COP 15 à Copenhague avec l’échec du protocole de Kyoto.

Changement climatique en Tunisie : ce n’est pas que de la chaleur !

La Tunisie est considérée parmi les pays méditerranéens les plus exposés aux changements climatiques. Notre pays contribue avec 0,07% dans l’émission des GES ‘Gaz à Effets de Serres’ globale.
Consciente de ces enjeux, la Tunisie a adopté une politique volontariste de lutte contre les changements climatiques aussi bien sur le plan de l’atténuation que de l’adaptation. En effet, la Tunisie s’est engagé de réduire 41% d’intensité carbone d’ici 2030 (seulement 13% sont des contribution non conditionnés).
En effet, le changement climatique devrait, selon plusieurs études nationales et internationales, aggraver le stress hydrique, contribuer à la dégradation des écosystèmes et des agro-écosystèmes (production oléicole, arboriculture, élevage, grandes cultures, etc.) et accentuer la fréquence des phénomènes météorologiques extrêmes, en particulier les sécheresses et les inondations ainsi que l’élévation du niveau de la mer.
Dans ce contexte et selon l’étude Atlas vuln+  développé par l’APAL ‘Agence de Protection et d’Aménagement du Littoral’ en partenariat UNDP ‘Programme des Nations Unies pour le Développement’ de l’année 2015, 44% des côtes tunisiennes sont vulnérables à très fortement vulnérables. Ce chiffre présente une grande menace pour l’économie nationale dont la majorité est basé sur les côtes, ceux-ci  abritent 76% de la population, 87% de l’activité industrielle et 80% de l’activité touristique.
La Tunisie souffrirait, aussi, d’une amplification des processus d’érosion, connaîtrait des étés plus chauds, des sécheresses plus fréquentes et plus fortes doublées de pluies intenses.

Climate strike Tunisia
© WWW Tunisie
Climate strike Tunisia

La représentation tunisienne à la COP 25

Chaque année, un groupe des représentants de l'Etat Tunisien participe à la COP pour présenter les intérêts du pays ainsi que négocier autour des défis climatiques dont la Tunisie est touchée. Ce groupe, qui constitue la délégation officielle de la Tunisie est nommé par les ministres et les établissements publics concernés et a la légitimité de négocier et/ou de voter au nom du peuple tunisien lors des réunions de la COP.
La participation annuelle durant les conférences de CNUCC devrait être évaluée systématiquement après la COP. Une telle évaluation permettra d'identifier les lacunes et les défaillances (s'ils existent) de la participation de la délégation, et aussi de donner des recommandations et des conclusions qui permettront d'améliorer d'avantage la présence et le poids de la Tunisie au niveau des groupes officiels de négociation (G77+ Chine, groupe Afrique, groupe arabe...) afin de bien représenter les intérêts de la Tunisie.
Cependant, deux mois après la COP25, et jusqu’à date, aucune évaluation officielle de la participation de la délégation n'est eu lieu ; les résultats se sont pas communiqués ni aux autorités ni au grand public. Cette négligence de l’importance d’une telle évaluation ne reflète pas l’engament et les travaux menés et les engagements de l'Etat en termes de stratégies, politiques et démarches climatiques qui sont en cours de réalisation. A l’échelle internationale, la Tunisie a adhéré activement à la dynamique internationale de lutte contre les changements climatiques, Elle a rempli tous ses engagements envers la CCNUCC, en particulier la soumission de son NDC en 2015 et la signature de l’accord de Paris en 2016.
Heureusement, la société civile en relation, mène activement un combat pour le climat. Les associations participantes sont fidèles à une politique d'auto-évaluation faite systématiquement une semaine après la clôture des négociations de chaque COP au mois de Décembre.
Le WWF NA  participe activement depuis la COP20 de Lima jusqu'à dernièrement à la COP25 de Madrid. A chaque fois, les recommandations des représentants du WWF NA ont été toujours adressées aux établissements publics et délégation nationale officielle dans le but de proposer, commenter et améliorer davantage la position de la Tunisien matière de changement climatique.

Explorez nos activités et programme de changement climatique.